Repousser les frontières de l'inconnu

Créé par DiChim Zoug le Sun 10 September 2017

L'expédition Starkweather - Moore : Repousser les frontières de l'inconnu.

(Un article de Randall S. Foster)

Messieurs Starkweather et Moore ont convoqué la presse à l’Hôtel Amherst au sujet de leur projet d’expédition en Antarctique.

C’est devant une cinquantaine de journalistes représentant les plus grands journaux et magazines, dont, bien entendu, « Outdoor America », que l’éminent James Starkweather a dévoilé les grandes lignes de ce qu’il faut appeler : l’Expédition Starkweather-Moore.

Peut-être est-il utile de rappeler succinctement qui sont ces deux grands hommes de sciences à nos plus jeunes lecteurs.

Le Professeur William Moore, géologue reconnu s’il en est, exerce à la célèbre Université Miskatonic. Il a participé à plusieurs expéditions, notamment en Arctique et dans l’Himalaya. James Starkweather, quant à lui, est aussi bien conférencier qu’explorateur ou guide. Après avoir vaillamment participé à la Grande Guerre, il a collaboré ou dirigé de nombreuses expéditions. L’une d’elles, le vol transpolaire Italia, avait défrayé la chronique lors du crash qui eu lieu sur la calotte glacière.

Après une rapide présentation de leur personne, Monsieur Starkweather est entré dans le cœur du sujet : leur expédition.

Celle-ci est prévue pour le mois de septembre et son but n’est pas, comme certains le supposaient, d’atteindre le pôle. En effet, d’autres l’ayant déjà fait, l’intérêt scientifique est moindre. Pourtant, une grande partie de ce mystérieux continent est toujours inexplorée et ce sont bien là les frontières que ces deux scientifiques ont décidé, avec courage, de repousser avec leur équipe.

Ils ont donc décidé de suivre les traces de l’expédition de l’Université Miskatonic de 1930 dirigée par le Professeur Percy Lake. Nous rappelons à nos lecteurs que cette expédition, si elle avait fait de grandes découvertes, s’était terminée dans la douleur à cause d’une tempête mémorable. En effet, sur les 22 participants, seule une dizaine en a réchappé. Et les survivants sont toujours très marqués par ce qu’ils ont vécu alors.

Une fois au camp de Lake, l’objectif est de continuer vers les pics découverts par la précédente expédition et ainsi atteindre le sommet de ces montagnes les plus hautes du globe. La mission qu’ils se sont assignée n’est rien de moins que de percer les secrets de ces terres inconnues et de les partager avec le reste de l’humanité.

Pour se faire, rien n’est laissé au hasard. Une équipe, d’une trentaine de personnes triées sur le volet, est en cours de constitution et les noms de ces courageux aventuriers seront communiqués très bientôt. Nous pouvons néanmoins citer, pour l’exemple, le Professeur Albemarle de l’Université d’Oberlin qui se penchera sur la météorologie.

Le matériel n’est pas en reste. Les progrès techniques de ces dernières années seront mis à contribution. Les foreuses du Professeur Pabodie ont, par exemple, bénéficient de nouvelles avancées technologiques. L’accent a également été mis sur l’utilisation des avions. Les derniers modèles de chez Boeing permettront de découvrir en quelques jours ce qui avant aurait nécessité des mois d’exploration.

Les deux hommes ont déclaré être très confiants dans la réussite de leur projet financé essentiellement par des fonds privés.

La conférence de presse s’est terminée sur des applaudissements nourris, enthousiastes et grandement mérités.

Sachez que votre cher magazine aura à cœur de vous relater les péripéties de cette formidable épopée tant dans sa préparation que dans son déroulement. L’avenir s’annonce passionnant.