L’expédition Starkweather - Moore : Au revoir New York !

Créé par DiChim Zoug le jeu. 02 novembre 2017

L’expédition Starkweather - Moore : Au revoir New York !

(Un article de Randall S. Foster)

Mes chers lecteurs, en ce matin du 11 septembre 1933, j’écris cet article dans ma cabine sur la Gabrielle. C’est fait, nous venons de quitter New York et nous sommes en route pour notre grande aventure en terres inconnues.

Cela n’a pas été sans mal. Car, souvenez-vous, notre départ était prévu pour la nuit du 8 au 9 septembre. Mais, malgré une fantastique organisation réglée comme une horloge, nous avons dû faire face à un événement inattendu qui nous a fait prendre un retard bien indépendant de la volonté de nos deux responsables.

Mes collègues journalistes d’actualités n’ont pas manqué de vous relater l’incendie qui s’est déclaré en pleine nuit dans l’entrepôt de notre quai, provoquant de multiples explosions, aussi je n’en parlerais pas plus dans ce court article.

Sachez pourtant que la Gabrielle fut sauvée des flammes grâce à la prompte réaction et au professionnalisme de son équipage, mais aussi grâce au courage et la hardiesse de mademoiselle Whitston, qui n’hésita pas à mettre sa vie en danger pour éviter que des futs de carburant ne s’écrasent sur le navire et ne s’enflamment. Le Professeur Starkweather ne fut pas en reste, lorsqu’il brandit vaillamment la lance à incendie avec une modeste aide de ma part pour éviter la propagation des flammes sur le pont.

Notre magazine s’associe au chagrin des familles des ouvriers victimes du drame et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Leur sacrifice à la grande cause de la connaissance ne sera pas vain et nous nous en souviendrons.

Pour sa part, l’expédition Lexington est partie au moment de l’incendie, sans souffrir de dégâts. Nous leur souhaitons toute la réussite possible. Cette saine émulation entre les deux équipes ne peut être que profitable à la science.

Avant de vous quitter, votre aimable serviteur se permet de remercier chaudement les établissements « All Furnitures », pour leur aide aussi désintéressée que bienvenue. Quel plaisir d’avoir rencontré une compagnie aussi tournée vers le progrès et désireuse de participer avec ses moyens à cette belle aventure !